« Le prêt participatif SOCOREC : une arme de développement massif »

En 20 ans, Pascal Beranger a connu un développement rapide de son activité puisqu’il est à la tête de seize magasins KRYS. Pour l’accompagner dans son succès : la confiance toujours renouvelée de SOCOREC et son financement phare, le prêt participatif. 

Quelles étaient vos principales difficultés lors de la reprise de votre premier magasin KRYS ? 

En 2003, je n’avais aucun apport personnel, le magasin que je souhaitais reprendre n’était pas encore rentable et les établissements bancaires refusaient de s’engager. Les propriétaires cédants m’ont alors mis en relation avec le groupement KRYS qui connaissait bien SOCOREC. Très vite, un montage financier a été trouvé. SOCOREC m’a accordé un prêt participatif pour renforcer mes fonds propres et un prêt classique. Un gage de confiance qui m’a permis de lancer mon business. 

 Quelles sont les principales différences entre SOCOREC et les établissements bancaires classiques ? 

J’ai d’abord été séduit par la qualité de mes interlocuteurs : toujours présents tout en gardant la bonne distance, pragmatiques puisqu’ils connaissent bien le commerce, et déterminés à trouver des solutions. J’apprécie aussi leur réactivité quand des établissements bancaires classiques mettent parfois plusieurs mois à répondre. Lorsqu’une opportunité de rachat se présente, j’ai besoin d’une réponse rapide pour débloquer des fonds.  

En quoi le prêt participatif SOCOREC est-il une des clefs de votre réussite ? 

En 20 ans, j’ai fait l’acquisition de seize boutiques. Ce développement rapide a nécessité à chaque rachat un renforcement de trésorerie. Le prêt participatif SOCOREC permet de consolider les fonds propres et de rassurer les banques pour finaliser un montage financier. Pour moi, le prêt participatif SOCOREC est donc une arme de développement massif. 

Quels sont vos projets pour les années à venir ? 

J’ai emprunté ma devise à celle d’HEC : apprendre à oser et à s’entourer. J’ai toujours l’ambition de me développer. C’est ma passion et je ne me donne pas de limite. J’ai formé à mes méthodes deux collaborateurs que j’associe à hauteur de 20% à tous mes projets depuis 10 ans. Et c’est à SOCOREC que je continuerai de confier les montages financiers. Il ne faut jamais oublier qui vous a aidé en premier. 

 

Comprendre votre projet bien au-delà des chiffres

Reprise de négoce ET de l’outil industriel : trop complexe pour les établissements bancaires. Pour financer leur projet global, Laurent Delhay et ses deux associés trouvent alors chez SOCOREC et le CREDIT COOPERATIF des interlocuteurs ouverts et réceptifs.   

Comment êtes-vous passé du statut de salarié à celui d’associé ? 

J’ai été dirigeant mandataire de GEDIMAT-GRANVILLE MATERIAUX pendant trois ans pour optimiser l’organisation de l’entreprise. Le groupement GEDEX et moi-même avions le même objectif :  reprendre l’activité mais je ne voulais pas être seul aux commandes. En 2021, j’ai proposé à deux piliers de l’entreprise, le directeur commercial et le directeur informatique, de s’associer avec moi. Nous avons beaucoup échangé sur ce changement de statut et les impacts sur notre vie familiale. En 2022, nous avons sauté le pas : les trois associés détiennent 82 % du capital de l’entreprise et le groupement GEDEX 18%. 

Quelles étaient les principales difficultés pour financer cette reprise d’activité ? 

SOCOREC et le groupement GEDEX, qui est fier de redonner à ses collaborateurs leur autonomie capitalistique, nous ont accordé des prêts pour renforcer nos fonds propres. Mais nous voulions reprendre à fois le négoce de matériaux de construction et l’usine de fabrication de blocs béton et de longrines sur mesure. Les établissements bancaires classiques se montraient frileux : ils refusaient de financer les stocks ou l’outil industriel dont la durée de vie est à mi-parcours. Or, nous avions besoin d’un financement pour l’ensemble du projet. La visite sur site du directeur général de SOCOREC a été déterminante. 

En quoi l’approche de SOCOREC est-elle différente des établissements bancaires classiques ? 

Pour SOCOREC, l’évaluation d’un projet n’est pas qu’une affaire purement comptable. C’est aussi une bonne compréhension du dossier et une relation humaine basée sur la confiance. Le montage financier était complexe entre le CREDIT COOPERATIF, le groupement GEDEX et SOCOREC mais nous sommes parvenus à un accord. Pendant tout le processus, SOCOREC est restée à l’écoute, toujours accessible et réactive. C’est aussi cela la force de SOCOREC : s’investir pleinement dans la relation client.